Rapport d'activités 2005

Summary: Ce rapport concerne les activités réalisées par l'ONG SILOE pendant l'année 2005. Ces activités se regroupent autour de quatre axes: La protection de la femme et de l'enfant, l'éducation à la paix, la santé communautaire et le développement rural.

RAPPORT D’ACTIVITES 2005
Fait à Danané le 15 janvier 2006

MOT DU PRESIDENT DE L’ONG

Gloire soit rendu à notre Seigneur Jésus Christ, lui qui par son amour et sa miséricorde ne cesse de nous soutenir et de nous fortifier dans la tâche qu’il nous a confiée. A lui la Gloire aux siècles des siècles. AMEN !

Cela fait maintenant deux (2) ans que notre organisation travaille à la promotion des droits humains dans la région de Danané.

Cette année encore, malgré les peines et les difficultés, nous sommes allés au bout de notre engagement : Faire de SILOE une vraie source de guérison, guérison du corps, guérison de l’âme et guérison de l’esprit pour les populations en détresse, victimes de la méchanceté et de l’égoïsme des hommes, mais aussi victimes de nos coutumes et de nos traditions qui bien que constituant des repères pour nos sociétés, foulent par moment au pied nos droits élémentaires : droit à la santé, droit à la vie.

Oui, SILOE ne pouvait faire autrement qu’être le porte voie de ces jeunes filles dont on ote une partie précieuse du corps qui pourtant a été créée par Dieu pour leur permettre de jouir de la vie.

Et que dire de ces enfants qui par la faute des hommes ne peuvent pas avoir à l’éducation, de ces jeunes filles exposées à la prostitution, de ces enfants et femmes victimes ou exposés à des abus et exploitations de toute sorte.

Toutes ces personnes ont besoin de protection de notre part. La Bible ne nous dit-elle pas de soutenir les faibles ? Jésus ne nous a-t-il pas recommandé d’assister les personnes en détresse à travers la parabole du bon samaritain ?

Les activités entreprises par SILOE au cours de cette année 2005 n’est qu’une réponse à ces recommandations.

Tous nos remerciements à tous les membres de SILOE qui au prix de plusieurs sacrifices se mettent au service de leurs prochains dans des conditions de travail extrêmement difficile.

Nos remerciements à tous les partenaires qui au cours de cette année ont bien voulu assosier notre organisation à l’exécution de leurs programmes. Il s’agit de SAVE THE CHILDREN, IRC, le PAM, le Programme National de Lutte contre le Paludisme.

QUE DIEU VOUS BENISSE RICHEMENT !

Revérend Pasteur KOYA Troh Antoine
Président de l’ONG SILOE

 

INTRODUCTION

L’ONG SILOE est une organisation humanitaire chrétienne qui a été créée le 23 mai 2003 pour faire face aux conséquenses de la guerre qui endeuille la Côte d’Ivoire dépuis septembre 2002.

Elle a pour objectifs :

- L’assistance humanitaire aux déplacés de guerre et aux victimes de catastrophes naturelles

- La protection et la promotion de la femme et de l’enfant

- L’éducation à la santé

- L’alphabétisation.

Pour atteindre ces objectifs, l’ONG a entrepris dépuis sa création plusieurs activités.

Le présent rapport présente les activités qui ont réalisées au cours de l’année 2005. Ces activités se regroupent autour de trois (3) principaux axes à savoir :

· La protection de la femme et de l’enfant

· L’éducation à la paix

· La santé communautaire

· Le développement rural

I/- LES ACTIVITES DE L’ONG SILOE

A/- LA PROTECTION DE LA FEMME ET DE L’ENFANT
Au niveau de la protection de la femme et de l’enfant, les activités suivantes ont été mises en œuvre :

1/- L’éducation non formelle

Dans la région de Danané, sur les 102 écoles primaires qui fonctionnaient avant la guerre, seulement 51 sont restées ouvertes et cela dans les villages qui constituent de grands centres.

Plusieurs enfants sont restés donc oisifs, sans éducation. Ce sont en majorité des enfants déplacés de guerre, enfants traumatisés ou affectés par le conflit armé.
Ce sont ces enfants qui sont pris en charge par l’ONG SILOE dans trois (3) centre d’éducation non formelle dénommés Centre Socioéducatifs et Récréatifs (CSER) et qui ont été mis en place dans les localités de DOUATOUEU et BOUAGLEU.

Au cours de l’année 2004 - 2005, on a enregistré dans les centres SILOE, un effectif de 155 enfants âgés de 10 à 17 ans dont 69 filles et 86 garçons.

Les centres SILOE sont des centres de mise à niveau et d’éducation de base. Ainsi des enfants ayant subi avec succès l’épreuve de l’entrée en 6e peuvent intégrer le cirucuit de l’éducation classique.

C’est ainsi qu’au cours de cette année, 20 enfants ont pu intégrer le circuit d’éducation formelle.

Dans les CSER/SILOE sont également développées des activités d’éveil, des jeux qui permettent aux enfants victimes de traumatismes, de retrouver la joie de vivre.
Grâce au PAM, les enfants inscrits dans les CSER reçoivent régulièrement des vivres pour leurs familles.

2/- Le « Cross Border Monitoring ( Suivi des migrations transfrontalières d’enfants »
Ce programme consiste en la surveillance des mouvements migratoires d’enfants à la frontière ivoiro-libérienne.
Cette activité vise à prévenir tout trafic d’enfants et tout enrôllement d’enfants dans les conflits, à partir de la frontière ivoiro-libérienne.
Ainsi, un comité spécial de suivi de cette activité est installé dans le village de KANTA-YOLEU à la frontière pour surveiller les mouvements d’enfants.
Il sensibilise également les populations environnantes sur les dangers des mouvements d’enfants à l’intérieur des frontières.
C’est un programme mené en collaboration avec SAVE THE CHILDREN UK.

3/- L’identification d’enfants nés pendant la crise
La déclaration des naissances des enfants est un devoir pour les parents mais aussi un droit pour les enfants.
Mais à cause de l’absence de l’absence de l’administration à Danané, plusieurs enfants n’ont pu être déclaré à l’état civil.
L’objet donc de ce programme est d’identifier ces enfants pour faciliter leur déclaration à l’état civil avec le retour de l’administration.
Une des activités réalisée dans le cadre de ce programme est la sensibilisation des parents sur la nécessité de déclarer la naissance d’un enfant.
Les agents de SILOE ont enregistré 1562 enfants dans 42 villages. Les agents de santé communautaire de SILOE se chargent d’enregistrer les naissances des enfants au niveau de chaque village.

4/- La recherche et la médiation familiale
Pendant la guerre, dans la fuite, plusieurs enfants ont suivi des personnes ou des familles qu’ils ne connaissent pas, parce que leurs parents ont pris des directions qu’ils ignorent.
Plusieurs cas d’enfants non accompagnés (ENA), Enfants seuls (ES), Enfants orphelins de guerre ont été conduits vers SILOE par des organisations internationales comme la croix rouge, l’UNICEF, Save the Children, IRC.
Des enfants ont même été découverts pendant les séances de sensibilisation dans les villages et leurs parents recherchés et retrouvés.
C’est ainsi que SILOE a réussi à réunifier 4 enfants retrouvés dans le département de Danané avec leurs familles qui se trouvaient à Guiglo et Biankouma.

5/- La sensibilisation sur les droits de l’enfant
L’ONG SILOE a installé dans les villages 37 comités de protection de l’enfant (CPE), dans la région de Danané.
Ces comités ont pour rôle de veiller à la sécurité des enfants, la protection de leurs droits, et la sensibilisation de la population sur les droits de l’enfant. Ces comités composés de 10 à 20 personnes se réunissent chaque fois qu’il ya violation des droits de l’enfant pour rappeler à l’ordre les auteurs et les sensibiliser.
Chaque comité organise dans sa localité, des activités récréatives et sportives pour les enfants. Des formations sont dispensées régulièrement aux différents comités pour les tenir informés des différentes violations des droits de l’enfant et des mécanismes de protection prévus par les instances onusiennes.

6/- La lutte contre les mutilations génitales féminines

Avec la guerre et l’absence de l’administration, le phénomène des mutilations génitales a refait surface dans la quasi-totalité des villages du département de Danané avec tous les dangers que cela comporte : tétanos, hémorragie, anémie, perte de sensbilité lors des relations sexuelles, stérilité, risques de contamination des IST et VIH-SIDA, puisque un même couteau sert à exciser 20 à 30 filles sans aucune précaution sanitaire.
L’ONG SILOE a entrepris une sensibilisation de masse contre cette pratique qui est une grave violation de la dignité de la femme et qui est condamnée par la législation ivoirienne.
L’ONG recherche les moyens pour continuer la sensibilisation dans les villages et pour mettre en place des activités génératrices de revenus pour emmener les exciseuses à abandonner cette pratique et s’adonner à d’autres activités.

7/- La lutte contre les abus et exploitations basés sur le genre
L’abus est défini par les instances de l’ONU comme « toute action ou négligence causant des sévices physiques, sexuelles, émotionnelles, ou psychologiques. » L’exploitation quant à elle, est définie comme « tout emploi d’un individu à un travail ou une activité pour un bénéfice personnel, de manière à compromettre l’éducation ou le développement de cet individuou qui nuit à sa santé physique ou morale. »
Ainsi, l’ONG SILOE s’est donné pour mission de sensibiliser les populations sur ces questions pour les familiariser avec les questions ayant trait aux droits de l’homme.
Elle a mis sur pied en collaboration avec l’ONG internationale International Rescue Comittee (IRC), un comité local de lutte contre les violences basées sur le genre (Gender Based Violences en abrégé GBV.) Ce comité comprend des agents de SILOE et de IRC.
Un comité propre à SILOE est en activité contre toute forme de violence sur les femmes. Il est fréquemment interpellé sur les cas d’abus sexuels sur les jeunes filles et sur les cas de femmes torturées pour accusation de sorcellerie.

8/- L’Intégration sociale des filles vulnérables
Une des franges de la population qui a subi des séquelles de la guerre est constituée par les filles violées ou enrôlées de force dans le conflit. Elles se sont retrouvées soit malades, soit porteuses de grossesses non désirées et par moment infectées par le VIH-SIDA.
Ces filles qui se retrouvent mères d’enfants non désirées les élèvent dans des conditions extrêment difficiles sans l’assistance de leurs parents et de leurs conjoints qui leur abandonnent des enfants sans filiation.
L’ONG SILOE pour soulager ces filles, a mis en place un centre d’écoute active où elles reçoivent une formation professionnelle en couture, tricotage, broderie et coiffure. Cela en vue de faciliter leur intégration dans la vie sociale.
Des femmes de bonne volonté assurent la garde de leurs enfants pendant qu’elles sont en apprentissage.
L’ONG SILOE a identifié dans les villages 460 filles mais seulement 60 filles sont accueillies dans le SILOE. Les autres qui ne sont pas dans le centre reçoivent des conseils dans leurs localités respectives en attendant que SILOE ait les moyens pour s’occuper d’elles.

B/- L’EDUCATION A LA PAIX
La reconciliation des communautés est également un objectif de l’ONG SILOE. Il ne peut avoir de développement durable sans entente et paix entre les individus et les communautés.
C’est pourquoi sensibilise les populations à se pardonner mutuellement et à pardonner à tous ceux qui leur ont fait du tord.
C’est ainsi que les agents de SILOE ont pu déceler des poches de conflit qui ont fait l’objet d’une Méthode Active de Recherche Participative ( MARP) conduite par l’ONG Care International et la coordination des ONG exerçant à Danané et présidée par l’ONG SILOE.
Ainsi, les populations qui ne se parlaient plus depuis près de dix ans pour un conflit qui opposait les chrétiens et les animistes ont commencé à travailler ensemble dans un projet communautaire financé par CARE International à BOUAGLEU.

C/- LA SANTE COMMUNAUTAIRE
L’ONG dispose d’un centre de santé dans la ville de Danané où sont dispensés des soins primaires pour les maladies telles que les cas de paludisme, les maux de têtes, les plaies et autres soins de première nécessité.
L’ONG est également engagé dans la lutte contre le VIH-SIDA avec des agents de santé communautaire qui sensibilisent les populations dans les villages. Ces agents ont été formés par Medecins sans frontière ( MSF).
Les agents oeuvrent également auprès des communautés chrétiennes qui sont opposées au port du préservatif.
Au niveau de la lutte contre le paludisme, l’ONG fait la promotion des moustiquaires impregnés. Les ASC de SILOE ont parcourru 42 villages pour faire la promotion des moustiquaires impregnés.

D/- LE DEVELOPPEMENT RURAL
L’ONG SILOE appuie 26 groupements de femmes de la sous-prefecture de Danané.
Elle a mis à la disposition de ces groupements de femmes, des semences de maïs et de haricot.
Cette distribution de semences a permis aux femmes de se réinvestir dans leurs activités agricoles.
Il ya à cet effet une forte demande de semences de riz irrigué.

II/- LES DIFFICULTES
Les difficultés sont de deux ordres : les difficultés d’ordre matériel et les difficultés d’ordre financier.

A/- LES DIFFICULTES D’ORDRE MATERIEL
Pour l’ensemble des activités, l’ONG SILOE ne dispose que de trois mobylettes offertes par Save the Children UK. Ces trois mobylettes servent donc à effectuer des déplacements dans 192 villages qui composent le département de Danané.
Avec l’état défectueux des routes, les mobylettes connaissent des pannes fréquentes.
Le manque d’engins de déplacement est donc un sérieux handicap à l’efficacité de l’ONG dans ces activités.
Il est donc urgent pour l’ONG d’acquérir deux (2) motos cross et une voiture de liaison de type 4x4.
Il faut aussi souligner le fait que SILOE ne dispose que d’un vieil ordinateur offert par un membre de l’ONG et qui tombe régulièrement en panne.
Tout cela constitue des obstacles au bon déroulement des activités. A cela s’ajoutent des difficultés d’ordre financier.

B/- LES DIFFICULTES D’ORDRE FINANCIER
Toutes les activités mises en œuvre par SILOE au cours de cette année l’ont été par l’engagement de ses membres qui ne reçoivent aucune indemnité pouvant leur permettre de se prendre en charge.
L’ONG ne reçoit aucune subvention pouvant lui permettre de prendre en charge ses frais de fonctionnement.
C’est pourquoi malgré la bonne volonté des membres, des moyens financiers manquent par moment pour effectuer certaines missions pourtant très urgentes.
Par manque de moyens financiers, le centre SILOE ne dispose que de deux machines à coudre pour 60 filles. Les ateliers de coiffure se font de façon artisanale par manque de moyens pour se procurer de moyens modernes (casques, produits cosmétiques, etc…)
Au niveau par exemple de la lutte contre les mutilations génitales, il est urgent de faciliter la reconversion des exciseuses. Or sans moyens financiers cela n’est pas possible.
Malgré les difficultés, l’ONG a pu mener à bien ces activités grâce à l’engagement de ses membres et grâce à leur esprit de sacrifice.
Toutefois, nous lance un appel à toutes les bonnes volontés afin de nous aider à promouvoir la dignité humaine en Côte d’Ivoire et plus particulièrement dans la région de Danané.

III/- PERSPECTIVES
Malgré les difficultés, nous pouvons dire que le bilan des activités est nettement positif car SILOE se présente comme l’ONG la plus active dans la région de Danané et plus particulièrement dans le domaine de la protection de la femme et de l’enfant.
C’est pourquoi, au cours des années à venir, nous comptons poursuivre dans ce sens en nous spécialisant dans la protection de la femme et de l’enfant.
Pour cela, nous envisageons rechercher des bourses en vue de la formation du personnel dans le domaine des droits de l’enfant, de la planification basée sur les droits.
L’ONG envisage renforcer le programme de lutte contre le VIH-SIDA avec un accent particulier sur les jeunes et les enfants.
La lutte contre les mutilations génitales démeure une priorité à cause de son ampleur actuelle dans la région de Danané.
Il faut également rendre opérationnel les agents de santé communautaire en leur attribuant à chacun une mobylette ou du moins un vélo pour leur permettre d’enregistrer toutes les naissances d’enfants dans les villages reculés.
Aussi, concernant les centre socio-éducatifs et récréatifs, seul celui de la ville de Danané est pris en charge par Save the Children alors que ceux qui sont dans les villages ne reçoivent aucun appui, les enseignants étant dans un dénuement total. Il faut donc rechercher les moyens en vue du financement de ces CSER.
Il faut par ailleurs rechercher des moyens pour rendre plus professionnelle les formations dans les centres pour filles vulnérables en les transformations en véritables centres artisanaux.
Aussi, faut-il rechercher les moyens pour doter le siège d’un véhicule de liaison et de matériels informatiques adéquats.
Au plan purement administratif, bien que l’ONG dispose d’un recépissé d’enregistrement, il est nécessaire de poursuivre les démarches pour l’obtention d’un recépissé définitif.

CONCLUSION
Au cours de cette année écoulée , l’ONG SILOE par la pertinence des activités réalisées, s’est positionnée comme l’une des ONG digne de confiance en Côte d’Ivoire et plus particulièrement dans la région de Danané.
Sans grand moyens, elle s’est engagée dans la promotion des droits de la femme et de l’enfant dans la région de Danané en entreprenant des actions dans le domaine de l’éducation, la sensibilisation sur les doits de l’enfant, la mise en place de comités de protection de l’enfant, la mise en place de comités de lutte contre les abus, les exploitations basés sur le genre, la lutte contre les mutilations génitales féminines, la prévention de traffic d’enfants par la surveillance des migrations d’enfants à la frontière ivoiro-libérienne.
Avec plus de moyens matériels et financiers, l’ONG pourra renforcer ses activités et assumer avec plus de professionnalisme la promotion des droits de l’enfant à Danané.

--------------
ONG SILOE
08 BP 20 Abidjan 08
Tel: 08-03-15-49 / 07-06-33-79
E-mail: siloedev@yahoo.com
------------------

Owner: Gombleu Kouadi Claude-Médardpdf: http://www.crin.org/docs/Rapport SILOE.doc

Organisation: