SYRIE : Le Conseil des droits de l'homme condamne la répression

Summary: Le Conseil appelle à la fin immédiate des attaques contre des civils et des autres violations des droits de l'homme.

[Le 1er mars 2012] - Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a voté jeudi une résolution qui déplore la répression « brutale » des autorités syriennes face à l'insurrection populaire qui a commencé il y a près d'un an. Le Conseil appelle à la fin immédiate des attaques contre des civils et des autres violations des droits de l'homme.

La résolution qui a été adoptée par 37 voix pour, trois contre, et trois abstentions, condamne les violations « répandues et systématiques » des droits de l'homme et des libertés fondamentales par les autorités syriennes, dont l'usage de la force contre des civils, des exécutions sommaires, la persécution de manifestants, des disparitions forcées, la torture et les violences sexuelles, y compris contre des enfants.

La Chine, Cuba et la Russie ont voté contre la résolution alors que l'Equateur, l'Inde et les Philippines se sont abstenus lors du vote qui a suivi un débat urgent au Conseil des droits de l'homme sur la situation en Syrie. Le Conseil des droits de l'homme compte au total 47 membres. Quatre pays membres n'ont pas participé au vote.

Dans la résolution, le Conseil déplore les « actions brutales du régime syrien au cours des 11 derniers mois » et il a réitéré le besoin de répondre de toute urgence aux besoins humanitaires, de faciliter la fourniture efficace de l'assistance et d'assurer un accès sûr aux soins médicaux.

La résolution appelle également le gouvernement syrien à accorder un accès libre et sans entraves à l'ONU et aux agences humanitaires pour qu'elles puissent effectuer une évaluation complète des besoins dans la ville de Homs, qui est assiégée depuis plus d'un mois, et fournir de l'aide aux civils affectés par la violence.

Mercredi soir, suite à une rencontre avec le nouvel Envoyé spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue des Etats arabes Kofi Annan, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a averti que la situation en Syrie devient « de plus en plus désespérée ». « Nous cherchons à obtenir la fin des violences pour pouvoir trouver une solution pacifique, une solution qui offre à tous les Syriens, peu importe leur appartenance religieuse, ethnique ou politique, un avenir dans la sécurité, la dignité et la liberté », a déclaré M. Ban.

Suite à des consultations avec l'ONU et la Représentation permanente de la Syrie à New York, M. Annan se rendra prochainement au Caire en Egypte pour rencontrer le Secrétaire général de la Ligue des Etats arabes, Nabil El-Araby.

pdf: http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27706

Organisation: